Eviter les accidents

Assurance Malus accident

Quelques précautions sont à prendre pour ne pas atterrir dans le rang des conducteurs malussés ni de peupler les fichiers déjà très volumineux des assurances spécialisées dans le malus automobile (ou dans le malus moto de surcroit). Il convient tout d’abord d’éviter les accidents, pour ce faire des consignes de bases sont toujours à respecter. Ces dernières portent sur la conduite mais aussi sur les équipements de la voiture.

Pour rappel, l’accident est une combinaison du hasard (incontrôlable) mais aussi d’au moins une négligence d’un automobiliste.

CAUSE D’UN ACCIDENT DE LA ROUTE

Ainsi, l’accident peut être provoqué par une réaction surprenante et pour une raison X ou Y d’un utilisateur de la route comme un freinage inattendu ou encore un écart brute d’un automobiliste. L’alcool est une des causes possibles ou du moins aggravante dans ce type d’écart. Il convient alors d’éviter de prendre le volant au dessus de la limite d’alcool fixée par le gouvernement. Une prise de drogue ou de médicament non compatible avec la conduite est aussi dangereuse et très peu recommandé, et ceci dans le but ultime d’éviter les somnolences au volant. L’assurance ne prendra pas en charge les accidents (responsable ou non responsable) faisant suite à une prise d’alcool, de médicaments dangereux ou de drogue. L’assuré devra alors payer les dégâts matériels de sa poche.

L’accident peut également être provoqué par un véhicule défaillant ou en mauvaise état de marche. Une voiture avec une panne est potentiellement plus dangereuse qu’une voiture mécaniquement saine. La panne, la perte d’un élément de carrosserie ou un pneu crevé est donc source d’accident engendrant par la même occasion un possible malus auprès de l’assurance.  Les révisions de la voiture doivent donc être faites à intervalle régulier et selon les données du constructeur présent dans le manuel technique de l’auto. Avant de partir en voyage ou avant de prendre la route pour un long trajet, il est également vivement conseillé de vérifier l’état des pneumatiques (pression et témoins d’usures) mais aussi les différents niveaux de liquide de la voiture.

Plus hasardeux et encore moins contrôlable, c’est l’obstacle sur la route. Les causes peuvent êtres multiples et vont d’un gibier traversant la route, d’un élément de voiture perdu par un automobiliste à un enfant qui traverserait le carrefour. Une grande vigilance est donc demander aux utilisateurs de la route, un accident est vite arrivé.

TEMPS DE REACTION ET DISTANCE DE SECURITE

Les temps de réaction pour faire face à ces différents incidents sont de l’ordre de quelques secondes. Ainsi et après la prise de décision de freiner, il faudra à peu près une demi seconde pour que le freinage soit effectif (ordre du cerveau au pied, contraction des muscles et appui sur la pédale de frein). Il faudra ajouter à ce temps une ou deux seconde (dépendant de la personne, de la prise de produits illicites ou de la fatigue). Pour exemple il faudra donc,  à 50km/h (vitesse limite en ville), 14mètres dans de bonnes conditions pour s’arrêter (28m dans de mauvaises conditions). A 110km/h, il faudra respectivement 31m et 61m pour s’arrêter. A 130km/h, c’est un arrêt sur 36 et 72m. Grande vigilance donc avec les distances de sécurité et les distances de freinage pour ne pas se retrouver avec un accident et un malus chez l’assureur.